Accenture Banking Blog

85% des 316 banquiers interrogés dans le cadre de la Vision Technologique 2016 d’Accenture anticipent une accélération de l’évolution technologique dans le secteur bancaire au cours des trois prochaines années. Au-delà du choix de certaines options technologiques, les acteurs bancaires vont aussi devoir faire évoluer leur culture et leur modèle opérationnel (clients, collaborateurs et partenaires d’écosystème). Il s’agit aussi d’être capable d’adopter de nouvelles stratégies commerciales qui en découlent. C’est ce phénomène que je vais détailler dans cette nouvelle série.

Sous le thème « L’humain d’abord : la primauté de l’humain à l’ère digitale », la Vision Technologique 2016 d’Accenture distingue cinq tendances technologiques émergentes qui redessinent les contours de l’entreprise :

  • une économie basée sur les plateformes,
  • la confiance numérique,
  • de nouveaux modes de travail,
  • l’automatisation intelligente,
  • la disruption prévisible.

Concernant la première tendance, l’heure est venue pour les banques de s’insérer dans le mouvement et de s’ouvrir aux autres. Les activités basées sur les plateformes digitales révolutionnent le fonctionnement des entreprises et enregistrent un réel engouement.

Pour une banque, s’associer à l’un des géants digitaux, au sein d’un écosystème peut permettre aux deux partenaires de réaliser des gains supérieurs à ceux qu’ils auraient réalisés à eux seuls. La question qui se pose pour une banque est donc soit de construire un réseau de valeur autour d’elle-même, soit de participer à des réseaux tiers.

En appuyant notre expérience sur le secteur bancaire et sur l’évaluation de certains écosystèmes C2B (Consumer to Business) comme Google, Apple, Facebook et Amazon, nous estimons que le fonctionnement des banques va s’articuler autour de cinq rôles clés :

  1. L’acteur de la relation, qui maîtrise la relation client et collabore avec les partenaires de l’écosystème, les acteurs C2B et les FinTech pour apporter des solutions pour la vie quotidienne ;
  1. Le fournisseur de la plateforme, qui gère une plateforme permettant aux participants d’interagir, de créer et de vendre des produits/services et de partager de la valeur ;
  1. Le principal fournisseur/créateur de services financiers va regrouper et offrir des services financiers compatibles pour les plateformes, et qui tire parti de l’évolutivité et de plusieurs ressources pour maintenir les frais généraux aussi bas que possible.
  1. Le stratège de l’innovation, qui participe aux ecosystemes des FinTech et de la banque digitale par diverses approches (notamment les incubateurs, les accélérateurs et les fonds d’investissement) pour proposer des capitaux et intégrer de nouvelles entreprises.
  1. L’outil d’identification digitale, qui offre aux consommateurs un accès facile au commerce digital ;

Comme les réseaux de valeur sont susceptibles de se développer autour de divers besoins et segments de clients qui attirent différents fournisseurs, la plupart des banques vont intervenir simultanément au sein de nombreux réseaux de valeur. Outre une stratégie claire, ces mutations exigent aussi une vision, des compétences et le déploiement de nouveaux outils digitaux.

Il s’agit d’une tendance irréversible : 84 % des cadres du secteur bancaire estiment que les plateformes seront le ciment qui liera les organisations dans l’économie digitale.

Je développerai les 3 tendances suivantes dans mon prochain post.

Découvrez l’étude complète « vision technologique 2016 d’Accenture pour le secteur bancaire » en cliquant ici

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *