Accenture Banking Blog

Les acteurs historiques du paiement font face à une déferlante d’innovations technologiques dans de nombreux pays. Cette vague risque de les pousser dans un corner

Les banques ne doivent pas se tromper, l’e-commerce et le m-commerce, activités où les paiements font partie de l’expérience client, sont en train d’exploser. A la fin 2015, ils ont dû représenter 132 Mds$ en Europe et aux Etats-Unis, en hausse de 25% par an. Et l’Asie n’est pas en reste.

Les risques sont réels :

  • Dans une enquête réalisée en 2015 auprès de 4.000 consommateurs par Accenture North America, il ressort que 46% d’entre eux ont déjà utilisé un paiement en temps réel de pair à pair (P2P). Et, 15% des sondés le font même régulièrement.
  • De ce côté-ci de l’Atlantique, en Grande Bretagne, 45% des personnes interrogées par YouGov pour ACI Worldwide déclarent être prêtes à changer de banque pour opter pour un service de paiement plus rapide.
  • A ce titre, les « Faster Payments» en Grande Bretagne ont connu un démarrage très rapide.

De nouveaux usages

Les banques observent avec prudence la croissance des transactions en ligne et l’essor des objets connectés. Elles sont demandeuses de nouvelles sources de revenus comme tous les services liés à l’acte d’achat.

Intimement ancré dans l’économie digitale, le temps réel touche la plupart des activités humaines, nos occupations à domicile, nos prestataires de santé, les industriels à qui nous achetons nos biens et les voitures que nous conduisons.

Les paiements peuvent ainsi être initiés par des compteurs électriques, des capteurs routiers ou encore des drones de livraison. C’est pour cela que le commerce digital demande des paiements en ligne tout au long de la journée, même le dimanche. De la vérification de la disponibilité des fonds à la preuve du transfert, le processus ne doit pas durer plus que quelques millisecondes de bout à bout.

Gare au strapontin

Dans ce contexte, les banques doivent être en mesure d’accepter ces paiements digitaux à n’importe quel point de l’écosystème et à partir de n’importe quel outil. Sous peine de se faire souffler la place par des acteurs innovants, comme Venmo (groupe PayPal), qui vident les comptes bancaires de leur substance pour alimenter des comptes purement digitaux d’autres fournisseurs. A ce stade, quasi terminal, l’établissement financier perd complètement le contact avec le client dans sa vie de tous les jours.

Le potentiel de ce marché considérable est à portée de main des banques qui accepteront d’expérimenter ces nouveaux modes de transactions, y compris les objets connectés. Capitaliser sur ces tendances nécessite des systèmes de paiement en temps réel efficaces et qui inspirent confiance aux consommateurs.

Dans mon prochain post, je ferai la lumière sur les aspects disruptifs du processus en cours.

Pour tout savoir, Accenture a publié une étude sur ce sujet, lire “Real-time payments for real-time banks” et regarder la vidéo.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *